Ostéoporose, chondromalacie, arthrose ou arthrite. Comment s’y retrouver?

Ostéoporose

Surnommée « le voleur silencieux » puisqu’elle se développe souvent sans apparition de symptômes perceptibles, elle est caractérisée par une fragilité excessive du squelette due à une diminution de la masse osseuse et du processus de régénération osseuse. Il se produit alors un allègement de certaines parties de l’os, ce qui amène une diminution de la masse osseuse qui fragilise ces dernières et les placent plus à risque de développer une fracture, notamment du col du fémur, du poignet et de la colonne vertébrale. Fréquente en vieillissant, elle est davantage retrouvée chez les femmes post-ménopausées. C’est une maladie qui peut être prévenue de manière efficace et qui est réversible jusqu’à un certain point, notamment par une alimentation appropriée et la pratique d'exercices spécifiques.

Chondromalacie

Elle est le premier signe avant-coureur d’une problématique au niveau du cartilage d'une articulation par un affaiblissement et un ramollissement de celui-ci, affectant ses capacités à absorber et à redistribuer uniformément les charges exercées. En ce sens, elle est considérée comme l’étape précédant l’apparition de l’arthrose et peut survenir à tout âge à des degrés variables. Cet affaiblissement peut entraîner des douleurs articulaires et augmenter le risque d'arthrose, en particulier sur les articulations portantes comme le genou.

Arthrose

Elle résulte de phénomènes mécaniques et biologiques qui amènent une usure graduelle du cartilage, c'est-à-dire que le cartilage recouvrant l'extrémité des os commence à s'effriter. Puisque le cartilage agit comme un amortisseur permettant d'assurer la fluidité du mouvement, son usure produit une friction des os les uns contre les autres. Le cartilage devient alors de plus en plus rugueux et l'os sous-jacent épaissit et peut même produire des excroissances osseuses appelées ostéophytes. En outre, la qualité du liquide synovial est modifiée, affectant sa fonction de lubrification et d'amortisseur à l'intérieur de l'articulation.

Au genou, l'arthrose, nommée gonarthrose, se manifeste par un amincissement du cartilage articulaire qui se caractérise par l’apparition d’un pincement articulaire, soit une diminution de l’espace entre deux os adjacents (fémur-rotule, fémur-tibia). Elle entraîne avec le temps l'apparition d'une douleur, d'une raideur, d'une enflure et un frottement des os les uns contre les autres.  Une ou deux articulations sont habituellement touchées selon un schéma asymétrique (pas nécessairement présent des deux côtés du corps). Longtemps considérée comme une maladie associée à la vieillesse, elle se manifeste de façon de plus en plus précoce chez des patients plus jeunes en raison des changements associés à notre mode de vie moderne (prise de poids, sédentarité, tâches répétitives, activités plus à risque de blessure, etc.). La régénération du cartilage s’effectuant en un rythme extrêmement lent, l’arthrose est habituellement considérée comme irréversible. Cependant, on peut exercer une influence sur sa progression en contrôlant les facteurs de risque associés à notre mode de vie moderne.

Arthrite

Elle est le résultat d'une attaque du système immunitaire (globules blancs, les défenseurs de l’organisme) sur la membrane bordant les articulations (la synoviale). Elle peut également s'attaquer à d'autres organes internes. Caractérisée par une douleur, une enflure, une sensibilité et une rougeur aux articulations, elle peut s'accompagner en outre d'une fièvre, d'une perte de poids, de fatigue anormale ou d'une anémie. Physiquement, une raideur matinale durant plus de 60 minutes est aussi associée à l'arthrite, tout comme une diminution importante des amplitudes articulaires. Pouvant toucher toutes les articulations, le plus souvent de manière symétrique, elle peut apparaître à tout âge mais survient habituellement entre 30 et 60 ans chez les deux sexes, de manière soudaine ou encore progressivement sur une période de temps. Une fois installée, l'arthrite dure habituellement toute la vie. Une médication visant à atténuer les symptômes ou encore à maîtriser à la fois les symptômes et la maladie demeure la principale option thérapeutique pour les patients qui souffrent d'arthrite. À cette option peut venir se greffer des traitements non pharmaceutiques comme la physiothérapie ou l'exercice.

En terminant, il est important de comprendre que l’arthrite est habituellement accompagnée d’un certain degré d’arthrose, mais que le contraire est rarement vrai; la présence d’arthrose n’implique pas nécessairement la présence d’arthrite.

Partagez cette information sur vos médias sociaux

Vous désirez en connaître davantage ou vous inscrire au programme Mon Arthrose, je m'en occupe ?