Que cherche un médecin quand il examine un genou arthrosique?

C'est simple. Il recherche les éléments qui vont guider les décisions thérapeutiques. C'est ainsi que dès lors que le diagnostic d'arthrose est établi, le médecin va rechercher les éléments suivants.

Un épanchement articulaire

Le genou est-il gros, rouge, chaud? Est-il positif aux tests physiques vérifiant la présence d'inflammation? Dans ce cas, l'inflammation doit faire craindre une poussée congestive. Bien que la douleur arthrosique est habituellement mécanique (réveillée par le mouvement, calmée par le repos), elle peut devenir inflammatoire pendant certaines périodes que l'on appelle poussée congestive. Pouvant durer quelques jours à plusieurs semaines, elle peut représenter une aggravation de la maladie, en particulier si l'inflammation ne peut être reliée à un traumatisme ou à une autre structure interne du genou comme les ligaments ou les ménisques.

Une laxité articulaire

C'est-à-dire des mouvements anormaux à l'examen indiquant que les ligaments qui entourent l'articulation sont également lésés. L'instabilité associée à la laxité articulaire favorise l'usure du cartilage, surtout si les muscles entourant le genou ne sont pas suffisamment forts et/ou endurants pour prendre le relais. Cette constatation peut faire envisager le recours à des supports tels qu'une genouillère ou une orthèse de genou.

Une attitude vicieuse

C'est-à-dire l'existence d'une attitude anormale du membre inférieur qui pourrait être un facteur favorisant l'aggravation de l'arthrose. Par exemple, au genou, le médecin recherchera un «flexum» qui correspond à l'impossibilité d'étendre complètement le membre inférieur en position allongée. Une telle donnée retrouvée à l'examen clinique fera envisager des options thérapeutiques pour lutter contre cette attitude et notamment des techniques de rééducation fonctionnelle.

Une fonte musculaire autour de l'articulation

Celle-ci est fréquente en cas de douleur articulaire prolongée qui s'accompagne souvent chez le patient d'une non-utilisation du membre touché. Cette fonte musculaire (le terme médical est celui d'amyotrophie) ne peut qu'accélérer le processus arthrosique. Il doit donc être combattu. Les exercices physiques sont recommandés pour l'arthrose, mais ils deviennent encore plus importants en présence de fonte musculaire.

Partagez cette information sur vos médias sociaux

Vous désirez en connaître davantage ou vous inscrire au programme Mon Arthrose, je m'en occupe ?